Faites vos jeux!

 roulette-tafel1

Les films et les émissions télévisées à succès présentent souvent le jeu — surtout dans les casinos — comme le passe-temps des gens beaux, riches et distingués. Bien entendu, les spectateurs savent en général qu’une telle mise en scène relève de la fiction, du rêve.

Dans le monde réel, loteries, paris sportifs et jeux d’argent en ligne se disputent, avec les casinos, l’attention du joueur. Le jeu est  un vice quasi universel dont l’attrait s’est répandu comme une traînée de poudre.

En 2013, le chiffre d’affaires annuel de l’ensemble du marché des jeux de hasard de l’UE a été estimé à quelques 89,9 milliards d’euros, avec une croissance annuelle d’environ 3%. Dans ce secteur, c’est l’activité des jeux de hasard en ligne qui connait la plus forte progression, avec un taux de croissance annuel de près de 15%. On s’attend à ce qu’en 2015, le chiffre d’affaires annuel de cette activité s’élève à 13 milliards d’euros, contre 9,3 milliards en 2011. L’offre de jeux de hasard en ligne au sein de l’UE est particulièrement large et de plus en plus de consommateurs – 6,8 millions aujourd’hui – les ont adoptés.

Le chiffre d’affaires généré par les casinos constitue  une manne importante de rentrées fiscales pour l’état ! En effet, 32% des recettes vont au Ministère des Finances, 12% aux Municipalités  10 % aux Affaires Sociales et ce n’est que 46% du chiffre d’affaires  qui finit  dans la poche du casino.

Difficile  dans ce contexte d’avoir une vision objective sur l’impacte des jeux sur la société ou le comportement des gens.

Parmi ceux qui s’adonnent aux jeux de hasard et d’argent (gambling en anglais), certaines personnes développent une pathologie : le jeu devient une maladie ou une dépendance se traduisant par une impulsion incontrôlable à miser de l’argent. La dépendance est caractérisée par un état de besoin impérieux de faire une activité, ou de consommer une substance, et par la nécessité d’en augmenter la fréquence ou la dose afin d’en maintenir l’effet et d’éviter l’état de manque (malaise, angoisse). Il n’est plus rare que certaines personnes qui ont pris conscience de l’emprise que le jeu a sur eux ont demandé de se faire interdire d’entrer dans les établissements de jeux…jusqu’à ce qu’ils révoquent souvent eux-mêmes cette décision.

Par conséquent, encourager le jeu va à l’encontre de la protection de la santé publique. Chose étonnante, personne n’a  jamais vu à l’entrée d’un établissement une pancarte informant les joueurs que les jeux nuisent gravement à la santé comme sur cela apparaît sur un paquet de cigarettes.

Au Etats-Unis, l’industrie du jeu  emploie  plus de 1,7 millions de personnes, soit plus du double des habitants de Washington DC. Qui osera en dire du mal ?

La principauté de Monaco ne fait plus exception à la règle. Avec le fameux casino de Monte-Carlo, probablement le plus prestigieux dans le monde, ce petit état méditerranéen peut se permettre de ne pas taxer ces citoyens grâce aux revenus générés par le casino.

L’impact économique des jeux d’argent augmente constamment  dans certains pays, l’industrie des jeux d’argent est la principale source de revenus. Macao et Las Vegas sont des exemples typiques de ce phénomène.

Même si le jeu peut être une activité intense, l’argent gagné ne l’est pas en contrepartie d’un travail effectué ou de services rendus. La mise se parie sur le hasard ; le résultat dépend principalement de la chance. Le joueur espère que tôt ou tard son jour de chance viendra. En bref, il cherche à obtenir quelque chose en échange de rien et c’est sur ce rien espéré que les milliards d’impôts sont prélevés!

Epatant non ? Oui, on peux le dire, les jeux sont fait et rien ne va plus !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *